LIGNES DE BATAILLE

Forum dédié aux jeux de simulation
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CR Napoleon 1806

Aller en bas 
AuteurMessage
Ulzana
Centurion
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: CR Napoleon 1806   Ven 20 Avr - 17:39

1ère partie avec Hervé, nous découvrons les règles après quelques tours du scénario court.


Puis nous commençons le scénario long, en mode grognard, le fog of war étant un des grands attraits de ce jeu magnifique et subtil.



Tour 1



Hervé joue les prussiens, je prends les photos de mon coté, les commentaires concernent l'évolution de mon point de vue.
Ma stratégie consiste à attirer le gros des forces de H à l'est (à droite de la carte) avec deux corps sans qualités (Augereau et Ney) grossis de leurres
(des blocs unités de cavaleries légères ).
La logique, en effet, voudrait que Napoléon débouche avec son "bataillon carré" dans la plaine coté droit, et je veux que H se déploie pour faire face à cette menace.







Tour 2

Et d'emblée je fais une première erreur: du fait de cartes de mouvement à faibles chiffres la progression le long des routes menant aux montagnes boisées devient plus lente que je n'aurais imaginée: je lance Davout au centre, en pensant qu'il pourra rejoindre la colonne ultérieurement et aussi avec l'espoir qu'il donne corps à l'idée que je vais passer par la droite.
Je vais bientôt le regretter amèrement...







Tour 3

Mais au début cela fonctionne, une unité de cavalerie légère est détruite à droite par Ney, une autre à gauche par Bernadotte.
Manifestement, H n'a pas pensé à protéger ses leurres derrière un corps pour les préserver.




La pluie tombe sans cesse, ce qui ralentit mes progressions et fait l'affaire des prussiens, qui bougent très peu mais n'en ont pas encore besoin du fait de l'incertitude dans laquelle ils se trouvent.




Tour 4



Un seul corps Prussien va bloquer l'avance de mon bataillon carré, faute d'audace de ma part et de maitrise du système de combat:
une paire de combat en marche aurait pulvérisé ce petit corps (je l'apprendrai à la fin).






Tour 5



Il s'esquive effrontément, son job effectué.

Soult au centre est empêché de mouvement par une carte de H, c'est la loi de Murphy se gargarise H, il n'a pas tort, la loi va frapper encore.





Mais je n'en ai cure, je vais tomber avec Napoléon et les cinq meilleurs corps sur les quelques unités prussiennes rassemblées dans la plaine autour de Erfurt mon objectif....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulzana
Centurion
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: CR Napoleon 1806   Sam 21 Avr - 9:15

Tour 6





La marche sur Erfurt peut commencer, les corps de Lannes, Murat, Bernadotte, Bessières et Davout,
s'apprêtent à quitter les sombres forêts de Thuringe.







Ils sont enfin rejoints par le corps de Soult.




Augereau s'empare d'Iéna, dans le but de gêner les redéploiements des corps prussiens vers Erfurt menacé.
Ney le suit avec de forts mouvements d'unités cavalerie légère leurrant les prussiens, aucun des corps les plus à l'est n'a encore osé entrer au contact avec elles, ce qui aurait permis de dissiper ces voiles illusoires.




Bessières reste inactif, Davout engage le combat avec le corps de Weimar qu'il malmène, la coordination avec Murat permet à celui ci d'enchainer un nouveau combat qui permet de détruire le corps de Weimar.  


Soult engage à son tour le corps de Louis dans un combat incertain.




Tour 7  dernier tour


C'est la dernière occasion pour les français de faire enfin quelque chose.






Mais la loi de Murphy va encore frapper:
Augereau est attaqué et détruit par deux corps prussien.

La bataille d'Erfurt commence laborieusement, les corps français engagent le combat de façon individuelle et ne font que des match nuls avec les défenseurs prussiens profitant des fortifications de ville d'Erfurt (Citadelle).

En plus Hervé engage deux corps prussiens menés par Blücher  pour renforcer la garnison, qui était sur le point de lâcher prise.

Napoléon lui même attaque  avec Bernadotte et est obligé de reculer.

Mais les combats répétés finissent  par accumuler la fatigue et les pertes au sein des corps prussiens défendant Erfurt.

Bessières puis Davout parviennent à faire retraiter Blücher...Erfurt est prise !

(Hervé a oublié de prendre en compte le bonus d'une carte du à la citadelle, ce qui aurait probablement évité la défaite de Blücher à Erfurt.
mais m'accorde cette victoire tactique douteuse.)






Car sur la plan stratégique c'est une victoire Prussienne, Hervé gagne la partie avec un marqueur à 11 points de victoire (pour lui), soit un point de
plus qu'au départ à 10 PV, le français , pour gagner doit ramener le marqueur à 0 PV.



Commentaires sur le jeu et les stratégies:

Le jeu:

Hervé et moi avons passé une excellente journée avec ce wargame.
Le fog of war est extraordinaire, pas seulement du fait des blocks et des leurres, mais aussi par le système d'activation par cartes, chaque camp ayant son propre deck  différencié, ce qui représente une prouesse en terme de design (qui a du nécessiter un travail gigantesque).

On s'est senti mis dans la situation de Napoléon et Blücher, avec une inertie et des contraintes habilement simulées
(la jouabilité est vraiment excellente) pour faire avancer et combattre les corps des armées.

Masquer nos intentions, nos troupes, manœuvrer fut un expérience passionnante, je n'aurais jamais pensé prendre autant de plaisir à jouer au  niveau de la campagne sur une période qui n'était pas, à priori, ma tasse de thé (je suis centré sur la campagne 1808 1814 dans la péninsule et sur 1815).


Je pensais jouer à un ènième jeu à blocks d'intérêt moyen, comme Columbia puis d'autres en ont sorti à la chaine mais avons découvert un diamant dans un écrin magnifique.
Ce jeu est une "tuerie", et on attend la suite avec impatience (particulièrement 1814 et 1815 en ce qui me concerne, et sur lEspagne et le Portugal si le système pouvait l'envisager).


Les stratégies:

J'ai évité de voir des vidéos sur ce jeu car j'aime bien les première fois où l'on joue le jeu en pleine liberté (et de façon irraisonnable).

J'ai bien senti qu'il valait mieux  positionner Napoléon et son bataillon  carré à l'est avec Erfurt sur sa gauche et Leipzig sur la droite.
Mais j'avais envie de jouer à fond le fog of war et mystifier Hervé en lui faisant croire que j'adoptais cette stratégie et cela a bien marché au début.

Il y avait 7 blocks (5 leurres et les corps d'Augerau et Ney) à droite contre 6 à gauche.

Hervé a envoyé Blücher et plus de la moitié de ses forces (100 000 h) pour se prémunir contre une menace fictive.

Le problème est que faire un mouvement excentré (et donc plus long) le long de routes forestières (avec peu ou pas d'embranchement)
ne pouvait qu'engendrer des retards et des bouchons.

Et au final ne permettre de menacer qu'un seul objectif: Erfurt.

Le manque de temps (7 tours seulement) rend cette stratégie inutilisable.
Ce serait intéressant d'ailleurs de refaire la partie avec 2 ou 3 tours de plus avec cette stratégie.

Mais au delà de la stratégie, les décisions en terme de combat ont été trop timorées: il aurait fallu envoyer Napoléon, Davout et Lannes dans un combat en marche sur le premier corps prussien rencontré et n'en faire qu'une bouchée !

Mais à ce stade, je ne voulais pas que Hervé sache que mon bataillon carré était à l'ouest, dans les montagnes de Thuringe et non à l'est, tout mon jeu était basé sur le fog of war.
Attaquer avec du lourd aurait révélé le pot aux roses et provoqué les mouvements des prussiens vers Erfurt.


Enfin ce qui a manqué, c'est une meilleure optimisation des mouvements: les Chefs ayant un bonus au mouvement doivent être en tête de colonne et non l'inverse.
Il faut que les corps qui ouvrent la marche avancent le plus possible pour éviter de bloquer les avancées de ceux qui les suivent en cas de mauvais tirage de carte d'activation (leur bonus permet de compenser en partie ces derniers).

Napoléon donnant un bonus de 1 MP à la pile qu'il commande, il peut soit faire bouger plus vite un corps lent, soit monter des attaques en marche avec une pile  de deux corps d'élite (voire trois si la pile est très proche de l'adversaire).
Le positionnement de Napoléon est essentiel.
Avec le recul j'aurais du le mettre  devant avec Davout avec Murat suivant derrière (dans le cadre du CR lors de la traversé de la forêt de Thuringe),
ce dernier pouvant rejoindre la pile Napo+Davout et ensuite engager le combat.


Quelles stratégies pour gagner avec le français :

Il me semble que passer par le couloir formé par  l'Elster et la Saale offre les meilleures possibilités, avec des corps FR déployés mais à 1 voire deux  maximum 3 zones (20 à 40 km) et Napoléon et Davout en position juste  derrière pour choisir le bon endroit pour frapper.

Et il faut tronçonner le dispositif prussien: s'il est trop concentré , il faut menacer une ville citadelle qui est peu couverte, si le prussien couvre toutes ses citadelles, on peut engager une de ses piles avec des attaques en marche successives, l'accumulation des points de fatigue est le facteur qui tue
le défenseur dans cette situation (les unités de l'attaquant ayant déjà attaqué ne sont pas concernées par les nouvelles fatigue).
Au bout de deux ou trois attaques successives, des corps prussiens vont finir détruits par la fatigue et les PV abonder dans le sens FR.

C'est vrai, Blücher pourrait en profiter pour contre attaquer à son tour avec des unités fraiches et mettre à mal des corps FR fatigués, mais il lui sera très difficile de le faire pour des question de cartes d'activation moins généreuses que celles du FR et le peu de corps ayant un bonus de mouvement.

Pour conclure, mener le bataillon carré est affaire de réseau routier et d'organisation judicieuse, et surtout d'anticipation:
il faut prévoir au moins deux tours à l'avance ce qu'on veut faire.


Au final , un formidable jeu, court,  en deux h (trois pour avoir du temps pour réfléchir), sur une thématique qui, selon moi, n'a jamais été bien simulée (comparativement les jeux Zucker opérationnels de type struggle of nations me paraissent à coté bien lourds et finalement assez peu convaincant).

Préférant d'habitude  les jeux napoléoniens sur le niveau grand tactique, contre de l'anglais, je n'attendais rien de Napoléon 1806, et ce fut une très grande surprise.

(du coup je ne vais plus vendre mon exemplaire kickstarté  )



Merci aux concepteurs pour ce moment   Great !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CR Napoleon 1806
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGNES DE BATAILLE :: MACHINES INFERNALES :: Comptes-rendus-
Sauter vers: