Lignes de bataille

Forum dédié aux wargames et à leur conception
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2362
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 67
Localisation : Alsace

MessageSujet: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Sam 5 Juil - 8:05

J'ai acheté le magazine DSI de juin 2014 et il contient un remarquable article intitulé "L"approche indirecte histoire d'une imposture", qui vise directement la théorie popularisée par Liddell Hart. Il parle je cite "d'une des plus grandes impostures intellectuelles de l'histoire de la stratégie". C'est très convaincant. Je pensais que quand Liddell Hart évoquait la stratégie indirecte il pensait à la guerre d'Espagne contre Napoléon ou à la campagne d'Italie des Alliés en 1944. Que neni... Pour lui la victoire allemande lors de la campagne de France de 1940 c'était de l'approche indirecte! Alors qu'il s'agit d'une percée au centre d'un front continu... Idem pour la victoire de Hannibal à Cannes où c'est un débordement par les deux ailes qui eut lieu.

Benoist Bihan est un chercheur en études stratégiques bien connu, rédacteur en chef de la revue Histoire & Stratégies.


Sa thèse: Liddell Hart a développé sa théorie dans l'ouvrage suivant: "Strategy: The indirect approch" après avoir abordé ce sujet dans "The decisives wars of History", puis dans "The Way to Win Wars.

Il constate d'abord que Liddell Hart voit dans l'approche indirecte le système qui donne la victoire à coup sûr. Le Britannique recense dans ses écrits seulement 6 campagnes militaires où elle ne donna pas la victoire sur 280 campagnes étudiées. En réchappent selon Liddell Hart les campagnes qui ont abouti aux batailles d'Issus, de Gaugamèle, de Friedland, de Wagram, de Sadowa et de Sedan. Selon Liddell Hart, "cette approche indirecte (assure l'attaquant) de le mener à la victoire sur un adversaire surpris et non préparé à lui faire face"; "dans la majorité des campagnes, la dislocation de l'équilibre psychologique et physique de l'ennemi fut le prélude vital au succès des efforts pour le renverser". Bihan de citer un autre stratégiste français, très respecté, Hervé Coutau-Bégarie, qui commente cela en disant: "à ce compte là, tout plan comportant ne serait-ce qu'un embryon de manoeuvre relève de la stratégie indirecte." Toujours selon Liddell Hart l'idée force est d'attaquer l'adversaire là où il est vulnérable, de suivre "la ligne de moindre résistance" jusqu'à la victoire.

Pour Liddell Hart la victoire allemande en 1940 relève de son approche indirecte car "s'il ne s'agit pas évidemment d'une forme indirecte dans sa forme physique, il s'agit bien plus encore d'une approche indirecte psychologiquement". Fermez le ban...  Shocked  Shocked 
Autrement dit, dit Benoist Bihan, toute forme de surprise relève de "l'approche indirecte psychologique".

Et Benoist Bihan de conclure:
"En défintive, l'approche indirecte, comme toute imposture de ce type repose sur l'idée qu'il est possible de rendre le réel plus simple qu'il ne l'est. (...) C'est justement de l'illusion qu'il existe une formule simple pour la victoire que naissent les plus grands, et les plus sanglants, des désastres."

Mon commentaire: Je fus surpris de voir que Liddell Hart avait une conception aussi élargie de l'approche indirecte. J'en avais gardé une conception bien plus restrictive. Vu sous cet angle, c'est une théorie qui amalgame tout et absolument n'importe quoi et qui sombre dans le flou le plus total. Percée au centre? Indirect psychologiquement. Car il y a surprise. Débordement par les ailes? Idem. Bref chaque victoire dans l'Histoire est annexée par Liddell Hart sous la bannière de sa stratégie indirecte physique ou psychologique, ou du moins 6 en réchappent sur 280 campagnes recensées par lui.

Bref, j'aurais appris quelque chose en lisant cet article de DSI, une revue que je vous conseille si vous voulez rester au fait de l'évolution contemporaine des choses militaires. Les articles sont presque toujours de haut niveau et éclairent bien des choses.


Dernière édition par Jojo67 le Sam 5 Juil - 15:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cruchot
Tribun
avatar

Messages : 3416
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 59
Localisation : Juno Beach-Normandie

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Sam 5 Juil - 9:51

Un bel exemple de fausse stratégie indirecte malgré les apparences :
L'Afrika Korp !

La manœuvre entre dans le cadre d'une stratégie indirecte contre les anglais sauf que ce n'est pas son but ! L'EM teuton n'a rien compris à l'importance de l'AFN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WiFDaniel
Caligula


Messages : 17
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Dim 12 Oct - 21:50

Je déterre ce sujet...


Juste pour souligner combien sont en effet creuses les théories de L-H et son approche indirecte. C'est fort bien décrit dans le livre d'Azar Gat (History of Military Thought), et il faudrait voir si l'article cité se réfère aux textes originaux de L-H ou est une paraphrase de Gat.

http://www.mapiledelivres.org/dotclear/index.php?post/2012/08/18/A-History-of-Military-Thougth%2C-par-Azar-Gat




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulzana
Centurion
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Ven 20 Fév - 14:12

J'ai dans ma bibli, "Stratégie" écrit par Liddel Hart.
Je l'ai lu et relu par parties, il me semble qu'il nomme "stratégie indirecte": l'attaque par une voie non attendue par l'ennemi.

En 40, c'était par les Ardennes (les français attendaient l'invasion des allemands par l'Ouest de la Belgique): stratégie indirecte !

A Cannes les Romains s'attendaient à unn combat frontal au centre, ce fut l'enveloppement par les ailes , puis par l'arrière par la cavalerie de Hannibal: Stratégie indirecte.

En 1941, l'encerclement des armées soviétiques autour de Kiev par le crochet au Sud de l'army group center de Guderian, qui était attendu à l'est en direction de Moscou, aussi:
Stratégie indirecte.
Mais la reprise de la progression vers Moscou qui suivit fut une stratégie directe car attendue.

Parfois, cela ne marche pas: en 1915 l'attaque du détroit des Dardannelles décidée par Churchill est un fiasco sanglant à Gallipoli, mais la prise de Jerusalem et de Damas par les armées britanniques avec la coopération de T E Lawrence (dit d'Arabie) est un chef d'oeuvre de stratégie indirecte.

Enlisement aussi, toujours de la part de Churchill que l'invasion du "ventre mou" (l Italie) en été 43.
L'attaque directe par les côtes françaises voulue par les Américains en Juin 44 est un succès.
Mais Liddel Hart dirait que le débarquement en Normandie était une stratégie indirecte, les allemands l'attendant plus au nord, par le pas de Calais....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2362
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 67
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Ven 20 Fév - 18:13

Moi ce que j'avais compris de la stratégie indirecte selon LH c'est que c'était une attaque sur un point secondaire (par exemple en 1943 les Britanniques voulaient attaquer en Yougoslavie par "le ventre mou de l'Europe") quand on n'était pas assez fort pour attaquer le point fort. L'attaque par surprise c'est autre chose, on peut la mener sur le point fort, c'est aussi vieux que la guerre. Selon Benoist Bihan en fait LH met tout et n'importe quoi dans sa stratégie indirecte y compris le psychologique, ce qui en fait un concept mou et inconsistant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulzana
Centurion
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Sam 21 Fév - 8:50

Je ne suis pas sûr, Jojo, que le concept soit si mou que cela.
Beaucoup dépend du contexte, bien entendu, il y a des situations où il n'existe qu'une possibilité: l'attaque directe, le défenseur connait forcément par où et comment viendra l'ennemi.

En 1810, Wellington savait que Masséna tenterait de prendre Lisbonne, seul moyen de rejeter les anglais à la mer, il construisit donc les Lignes de Torres Vedras sur lesquelles se brisa l'offensive française.

L'angleterre, elle, se gardait bien de tenter l'invasion de la France, qui aurait été un fiasco (ce sera le cas dans les Flandres), elle préféra une stratégie indirecte en envoyant une petite armée au Portugal en 1808 puis en 1809.
Elle pouvait se le permettre.
Napoléon, lui, ne pouvait pas laisser perdurer "le spanish ulcer", il lui fallait donc en finir, et seule une stratégie directe le permettait.

Ce qu'on peut critiquer dans l'argumentation de Liddel Hart, c'est qu'au fond, il raisonne en britannique, en insulaire, qui peut se permettre d'éviter la cruelle nécessité d'avoir à untiliser une stratégie directe.
Il critique tous ceux qui n'utilisent pas la stratégie indirecte, sans trop s'attarder sur les raisons stratégiques et politiques qui les amenaient à avoir une stratégie directe.

Sur l'analyse d'efficacité stratégique, par contre, il montre qu'éviter d'affronter l'adversaire sur ses points forts, sur les axes qu'il a prévu, est une preuve de bon sens.
Qu'il vaut mieux le menacer sur plusieurs points et maintenir l'incertitude sur celui qui sera choisi.

L'exemple le plus abouti, c'est Hannibal lors de la 2e guerre punique.

Le problème est, souvent, que l'ennemi, pour être vaincu définitivement, devra perdre dans un combat ultime issu d'une stratégie directe, Clausewitz n'avait pas tort.
Sans la prise de Rome, toutes les ruses, victoires et maneuvres d'Hannibal ne servent à rien.
Sans la débâcle de la grande armée en Russie en 1812 puis la défaite de Leipzig en 1813, la stratégie indirecte de la "perfide Albion" aurait été sans effet.
Sans les coups de boutoir de l'armée rouge, Hitler n'aurait pas été vaincu, quelles que fussent les habiletés stratégiques anglo saxonnes.

Liddel Hart fait l'impasse sur cette loi d'airain, en bon britannique, laissant croire que c'est la stratégie indirecte (menée par l'Angleterre) qui a gagné les guerres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2362
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 67
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Sam 21 Fév - 10:26

Je crois me rappeler que Liddel Hart, à sa décharge avait comme objectif aussi de ne pas recommencer les saignées de la Première guerre mondiale, comme la Somme, bataille où la fine fleur de la jeunesse britannique a laissé bien des plumes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WiFDaniel
Caligula


Messages : 17
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   Mar 5 Mai - 21:56

Je re-déterre ce truc Smile

Bon, le "Strategy" de Liddell-Hart est un livre de la fin des années 1920 (oui: vers 1929), qu'il met à jour plusieurs fois et dont il change aussi le titre, et qui devient "Strategy" après-guerre.

Comme vos commentaires le soulignent, on ne comprend pas tout à fait ce que Liddell-Hart veut dire. Son propos est flou, mal défini, et il l'applique tout simplement à toutes les situations possibles. Ce n'est pas "raffiné" ou "difficile d'accès", c'est juste totalement creux et l'auteur le masque en n'étant surtout pas suffisamment spécifique afin qu'on ne s'en rende pas compte. Voilà.

La genèse du livre (en plus d'une profonde malhonneté intellectuelle de l'auteur) est clé pour comprendre le problème: Liddell-Hart a un énorme problème avec tout ce qui pourrait suggérer que ses écrits précédents sont faux. Il fait en sorte de tordre les choses autant que nécessaire pour être cohérent avec ce qu'il a publié auparavant. Dans le cas d'espèce, il lui faut rester raccord avec les multiples éditions de son texte depuis l'entre deux guerre... Avec une telle contrainte, on ne risque pas d'avoir quoi que ce soit à sauver de son texte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'approche indirecte de Liddell Hart, histoire d'une imposture par Benoist Bihan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lignes de bataille :: L'ATELIER DES MECANOS :: Points d'Histoire-
Sauter vers: