Lignes de bataille

Forum dédié aux wargames et à leur conception
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Austerlitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cruchot
Tribun
avatar

Messages : 3415
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 59
Localisation : Juno Beach-Normandie

MessageSujet: Austerlitz   Mar 28 Mai - 21:35

l'objet de ce sujet est de décortiquer la bataille comme c'est le cas de Waterloo.

les postulats :

- les alliés ont acceptés la bataille parce qu'ils pensent triompher mais aussi parce que leurs dépôts sont le creux.
- l'objectif est d'anéantir l'armée française et de la couper de lignes de com vers Viennes.

les questions :
- le plan de Weyrother est-il si nul ?
- Son exécution fut-elle mal organisée : trop de troupes dans le goulet ?
- Bagration n'est-il pas trop excentré ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2354
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 66
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 6:05

Le plan de Weyroter eut pu mieux fonctionner (sans garantie de victoire pour autant) si le plateau de Pratzen n'avait pas été négligé, avec au Sud une gauche trop forte pour la largeur de la vallée de la Littawa, qui ne peut se déployer avec des unités qui se succèdent sans pouvoir vraiment profiter de leur nombre. De plus la mise en place de nuit a eu des retards par suite d'une confusion entre unités et on a pris du retard. Tout cela très mal commandé par un chef de l'aile gauche, qui selon Langeron, était non seulement incompétent mais saoul... whisp

Et une droite forte mais trop lointaine au Nord ou plutôt mal lié au reste car le centre était relativement négligé. Il aurait fallu affaiblir un peu la droite et la gauche pour le renforcer et l'occuper solidement avec de l'artillerie en masse, pour lier les ailes et le centre.

Ceci dit, contrairement à la légende, et d'après le livre sur la bataille de l'historien Jacques Garnier, Napoléon n'a pas deviné très en avance le débordement sur sa droite, il l'a compris durant la nuit, et pas avant. Ensuite sont venus les bulletins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cruchot
Tribun
avatar

Messages : 3415
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 59
Localisation : Juno Beach-Normandie

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 11:36

L'attaque de l'aile gauche Alliée doit, dans un premier temps, se limiter à la colonne de Buxhowden. Ceci a pour conséquence de laisser 2 divisions sur le plateau en attente de la percée. Il y avait trop de monde et on se marchait dessus. De plus, à droite, Bagration donne trop à droite. De par la composition de sa division, il aurait du avoir une simple mission de flanqueur.

Ceci dit ce n'est pas gagné pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helix
Centurion
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 45
Localisation : Troyes

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 12:25

Jojo67 a écrit:
Ceci dit, contrairement à la légende, et d'après le livre sur la bataille de l'historien Jacques Garnier, Napoléon n'a pas deviné très en avance le débordement sur sa droite, il l'a compris durant la nuit, et pas avant. Ensuite sont venus les bulletins...
C'est aussi le point de vue (argumenté) de d'Oleg Sokolov dans son livre sur Austerlitz. Il souligne également les gros problèmes de coordination chez les alliés. En fait, après avoir lu son livre, j'ai presque eu l'impression qu'Austerlitz était une défaite des alliés, plutôt qu'une victoire de Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jyetais.postach.io
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2354
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 66
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 12:31

Helix a écrit:
Jojo67 a écrit:
Ceci dit, contrairement à la légende, et d'après le livre sur la bataille de l'historien Jacques Garnier, Napoléon n'a pas deviné très en avance le débordement sur sa droite, il l'a compris durant la nuit, et pas avant. Ensuite sont venus les bulletins...
C'est aussi le point de vue (argumenté) de d'Oleg Sokolov dans son livre sur Austerlitz. Il souligne également les gros problèmes de coordination chez les alliés. En fait, après avoir lu son livre, j'ai presque eu l'impression qu'Austerlitz était une défaite des alliés, plutôt qu'une victoire de Napoléon.
Faut pas pousser quand même... Wink Ce serait le cas si du côté de Napoléon on n'avait pas eu un plan cohérent pour exploiter les failles de la manoeuvre d'en face, et qu'on n'avait fait qu'avancer sans trop savoir ce qu'on faisait. Or il y a bien eu une manoeuvre en bonne et due forme côté Napoléon, une prise de risque calculée en plus, concernant l'aile droite française, la plus faible, et au final il a su saisir l'occasion qui se présentait, dès qu'il a eu les éléments qui lui manquaient encore le 1° décembre sur le comportement des austros-russes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helix
Centurion
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 45
Localisation : Troyes

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 12:37

Jojo67 a écrit:
Helix a écrit:
[…] En fait, après avoir lu son livre, j'ai presque eu l'impression qu'Austerlitz était une défaite des alliés, plutôt qu'une victoire de Napoléon.
Faut pas pousser quand même... Wink Ce serait le cas si du côté de Napoléon on n'avait pas eu un plan cohérent pour exploiter les failles de la manoeuvre d'en face, et qu'on n'avait fait qu'avancer sans trop savoir ce qu'on faisait. Or il y a bien eu une manoeuvre en bonne et due forme côté Napoléon, une prise de risque calculée en plus, concernant l'aile droite française, la plus faible, et au final il a su saisir l'occasion qui se présentait, dès qu'il a eu les éléments qui lui manquaient encore le 1° décembre sur le comportement des austro-russes.
C'est pour ça que j'ai mis le "presque". Cool
Mon interrogation (et j'en apprendrais surement en lisant les messages qui vont suivre) est : comment les alliés auraient-ils pu assurer la victoire, vu les données de la bataille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jyetais.postach.io
Jojo67
Scribe de l'Annone
avatar

Messages : 2354
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 66
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Austerlitz   Mer 29 Mai - 13:26

Helix a écrit:
Jojo67 a écrit:
Helix a écrit:
[…] En fait, après avoir lu son livre, j'ai presque eu l'impression qu'Austerlitz était une défaite des alliés, plutôt qu'une victoire de Napoléon.
Faut pas pousser quand même... Wink Ce serait le cas si du côté de Napoléon on n'avait pas eu un plan cohérent pour exploiter les failles de la manoeuvre d'en face, et qu'on n'avait fait qu'avancer sans trop savoir ce qu'on faisait. Or il y a bien eu une manoeuvre en bonne et due forme côté Napoléon, une prise de risque calculée en plus, concernant l'aile droite française, la plus faible, et au final il a su saisir l'occasion qui se présentait, dès qu'il a eu les éléments qui lui manquaient encore le 1° décembre sur le comportement des austro-russes.
C'est pour ça que j'ai mis le "presque". Cool
Mon interrogation (et j'en apprendrais surement en lisant les messages qui vont suivre) est : comment les alliés auraient-ils pu assurer la victoire, vu les données de la bataille ?
"Assurer" ce n'était pas possible, car l'Armée française d'Austerlitz est probablement une des meilleures que la France ait jamais eu. Les soldats et leurs cadres ont l'expérience de la guerre pour nombre d'entre eux, et pour les autres les unités sortent d'un séjour au camp de Boulogne où l'entraînement a été poussé pendant des mois. Le moral est excellent, l'organisation rôdée, etc.
Pouvait-on faire en sorte que ce soit difficile pour les Français? Oui, en temporisant un mois ou deux encore, car la Prusse allait intervenir. Napoléon avait peur de cette stratégie d'attente alliée possible et a tout fait pour les inciter à l'attaquer, notamment en simulant la crainte lors des accrochages de cavalerie. Mais il y avait je crois un problème de ravitaillement des alliés qui devenait réel et les poussait à attaquer. Sans oublier l'arrogance de l'entourage du Tsar qui sous-estime les Français.

Si la bataille a lieu là c'est plus dur. Voici mon avis, qui n'engage que moi... Smile Un débordement au Sud accompagné d'une attaque de même ampleur au centre, descendant du plateau de Pratzen, avec une simple -mais solide-* couverture au Nord pourquoi pas? Cela aurait tourné à l'affrontement au pied de Pratzen, le long du ruisseau du Goldbach, en gros une bataille classique. Au résultat difficile à prévoir. Car Napoléon avait positionné initialement ses troupes pour parer cette éventualité et il aurait bénéficié d'une assez bonne position défensive derrière le ruisseau. Tout aurait dépendu en fait de la réussite du débordement au Sud. Mais au moins il n'y aurait pas eu d'irruption des Français sur le plateau au centre, coupant l'armée alliée en deux. De plus cela a l'avantage de fixer le centre des Français et de les empêcher de voler au secours de leur aile droite très faible au Sud, optimisant les chances de débordement du côté de Telnitz. Faut pas trop traîner, car les troupes de Davout arrivent de Vienne...

* Pour éviter de se faire couper sa ligne de ravitaillement du côté de la route d'Olmutz par une attaque française au Nord, sur l'aile droite alliée...

C'est en gros ce que je ferais si je jouais le joueur allié, SI en face le joueur français mettait en place ses unités de façon historique. On peut aussi s'installer fortement sur Pratzen, se couvrir aux ailes et attendre le Français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Austerlitz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Austerlitz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lignes de bataille :: L'ATELIER DES MECANOS :: Points d'Histoire-
Sauter vers: